Victoire: les Tessinois disent non au voile intégral !

Plus l’islam est visible et moins la femme l’est.

Le Tessin a décidé de choisir l’humain à la doctrine totalitaire et, première mondiale, au suffrage universel.

C’est une grande victoire pour les Droits de l’homme n’en déplaise à Amnesty International dont les responsables seraient bien avertis à tenter un stage pratique consistant à se balader une chaude journée d’été sous une bâche noire afin de saisir les contours de la notion de suffocation et de déshumanisation. A moins que ces derniers ne mènent une lutte contre la torture déjà halalisée?

Elles sont consternées (Marion Schick, Amnisty suisse), choquées (Martine Brunschwig-Graf). Quel scandale que ce vote tessinois! L’une dit qu’on attaque une communauté, l’autre parle d’un signe inquiétant d’intolérance, d’une atteinte à la liberté d’expression. Tout de suite les grands mots. D’autres, plus pragmatiques, hôteliers et bijoutiers craignent pour leur tiroir-caisse

Quand la Calamity-Rey est allée à Téhéran, elle s’est voilée par respect pour leurs « coutumes ». Si l’on dit aux musulmanes: « En Suisse vous devez enlever vos voiles par respect pour nos coutumes ». Elles auront le choix de ne pas venir ou rester cloîtrées dans l’hôtel pendant que leur mari ira acheter une Rollex tout seul.

Certaines abandonnent leur déguisement déjà depuis longtemps quand elles viennent en Suisse. Qui n’a jamais assisté, dans les avions au départ d’Arabie saoudite ou autres Qatar, au cortège de voilées qui vont dans les toilettes après le décollage pour en ressortir maquillée, habillée en européenne, voir mini-jupe et à Cointrin louer une voiture, qu’elles conduisent elle-même, alors que dans leur pays elle n’ont pas le droit de conduire. Ceux ou celles qui refusent de suivre nos usages n’ont qu’un but la provocation et faire progresser l’imposition de la charria comme règle de vie en Occident.

Ce contenu a été publié dans Islam, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.