Dubaï : condamnée à 16 mois de prison pour avoir été violée

Une Norvégienne de 24 ans a été condamnée, mercredi 17 juillet, à seize mois de prison par un tribunal de Dubaï, alors qu’elle avait portée plainte pour viol. Selon le tribunal, ce jugement vient sanctionner une relation sexuelle hors mariage, et la consommation d’alcool.
Marte Dalelv avait été violée le 6 mars, alors qu’elle était de sortie avec des collègues dans le cadre d’un voyage d’affaires, selon la BBC. Alors que la jeune femme s’était rendu au commissariat pour porter plainte, les policiers lui avaient confisqué son passeport et son argent. Trois jours plus tard, la Norvégienne avait été inculpée pour trois chefs d’accusation, notamment pour relation sexuelle hors mariage.

SOURCE : www.tunisie-secret.com/Dubai-condamnee-a-16-mois-de-prison-pour-avoir-ete-violee_a529.html
 

La Charia s’applique même au nom-musulmans et elle s’appliquera bientôt en France quand Hollande (celui qui a proféré des conneries monumentales en Tunisie pour mieux mépriser ses compatriotes) et ses lèches-babouches auront fini de brader la république aux barbus.

Manuel Valls qui fait son tour de France en participant aux ruptures de jeûne en leur assurant que : « Ceux qui s’en prennent à un musulman parce qu’il est musulman s’en prennent à nos institutions. C’est inadmissible ! Ces actes seront combattus continuellement avec la plus grande fermeté. »

Les françaises auront bientôt le choix entre le voile ou le viol.

Publié dans Islam | Commentaires fermés

Enfin j’ai trouvé une action positive dans le soit-disant gouvernement que la France a depuis un an.

L’Assemblée nationale a supprimé le mot « race » de la législation et bientôt, le Congrès sera réuni pour faire de même dans la Constitution.

Cette décision pourrait nous faire douter de la santé mentale des parlementaires (si doute il y avait encore). Mais en y réfléchissant bien c’est une bonne nouvelle pour nos amis français (les vrais, ceux de souche). Légalement, les races ne vont plus exister, elles vont devenir chimères aux yeux de la loi. Et si la race n’existe plus, alors l’infraction pénale d’incitation à la haine raciale doit disparaitre également. Peut-on sérieusement, dans un pays où les gens ne sont pas mentalement déséquilibrés, condamner pénalement un individu pour avoir incité à la haine contre quelque chose qui n’existe pas ? Une réponse contraire serait inquiétante.

Et pour conclure, aux USA, contrairement à la France, l’intelligentsia croit dur comme fer à l’existence des races. C’est d’ailleurs en ce sens qu’en 2008, un livre intitulé « De la race en Amérique » a été publié. Qui en est l’auteur ? Un certain… Barack Obama !

Source: Adrien Abauzit, Boulevard Voltaire

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Wafa Sultan, une femme musulmane qui a des couilles

Wafa Sultan: « Personne ne cherche les racines même du terrorisme, cette machine de lavage de cerveaux nommée: « islam ». L’islam n’a jamais été mal compris. Car l’islam est en lui-même le problème ».

Prions pour que cette femme reste en vie le plus longtemps possible. Elle se bat, toute seule, pour que le monde ouvre les yeux sur ce qu’est l’islam. Elle sait de quoi elle parle elle est née et à vécue dans le crétinisme, l’obscurantisme et la teneur hautement criminelle et absurde de cette idéologie que la gauche et toute la caste mediatico politique font tout pour masquer, désinformer, interdire toute forme de réveil, de prise de conscience du peuple. Sans compter que lorsque l’on émet le moindre avis sur ce sujet les associations de défense diverses dégainent avec l’accusation de racisme, menaces judiciaires et réduction ad Hitlerum.

Cette video devrait être diffusée mondialement.

Wafa Sultan – Le Problème c’est l’islam

Publié dans Islam | Commentaires fermés

Bravo au Maire d’Antibes qui refuse de supprimer le porc dans les cantines scolaires

Félicitation à Jean Léonetti, maire d’Antibes, qui a refusé de céder aux revendications communautaristes de musulmans demandant la suppression du porc à la cantine.

Riposte laïque, par l’excellente plume de Christine Tasin, précise qu’il ne faut pas oublier que le porc fait partie de nos traditions, est une viande goûteuse, bon marché et qu’on ne risque pas de manger halal en la dégustant. Ceux qui ne veulent pas de porc n’ont qu’à manger chez eux, prendre une nounou qui fera un repas de régime particulier ou tout simplement laisser le porc dans leur assiette, se contentant des protéines céréalières ou des laitages. Mais il n’est pas acceptable que l’ensemble des enfants soit privé de porc pour une minorité.

On signalera en outre, que, sondage après sondage, les Français disent de plus en plus clairement « non à l’islam ». Le dernier en date montre que 74% des Français jugent l’islam intolérant. Et ce n’est pas parce que le Monde et autres bobos poussent des cris d’orfraie et cherchent à diaboliser les trois-quarts des Français en les amalgamant à l’extrême-droite que cela va nous empêcher de livrer ce combat fondamental.

Il a été clairement démontré à tant de reprises que la véritable extrême droite était à gauche, notamment à l‘extrême-gauche, avec les fascistes islamistes, qu’il n’y a aucun état d’âme à enfoncer le clou.

Riposte laïc continuera à dire que l’islam est un danger pour la France (et la Suisse) et est incompatible avec la République (et la démocratie).

Extraits d’un article paru le 28 janvier 2013 sur le site de Riposte Laïc

Publié dans Islam | Commentaires fermés

Recensement aujourd’hui du 20’000ème attentat meurtrier commis au nom de l’islam depuis le 11 septembre 2001

Tiens ! Les mots « Paix, Amour et Tolérance » que les islamiste s’auto-attribue veulent dire « Tuer, Haïr, Terroriser… » dans leur cerveau malade de pouvoir et de domination. C’est quand même bien triste de ne pas avoir évolué comme n’importe quel animal a réussi à le faire. Eux sont rester figé dans la période que vivait celui qu’ils considèrent d’homme parfait ou idéal (al-insan al-kamil), mais qui, en réalité, cumulait la majorité des défauts que l’on puisse avoir:  assassin, esclavagiste, polygame (61) incestueux et pédophile. Et la liste contient encore d’autres qualificatifs…

Communiqué du Mouvement suisse contre l’islamisation (MOSCI)

Ce chiffre n’est que la partie visible de l’iceberg (voir, plus bas, l’intitulé « méthode de décompte ») et laisse imaginer l’ampleur du nombre réel de décès causés par le terrorisme islamique.

L’islam est la seule religion au monde au nom de laquelle sont commises tant d’atrocités et infligées tant de souffrances.
Les textes islamiques regorgent d’injonctions à haïr, tuer et terroriser par devoir religieux. Nul ne pourra nier le risque que les personnes convaincues de faire leur devoir religieux en suivant ces injonctions ne passent à l’acte.
Le chiffre minimaliste des 20’000 passages à l’acte démontre l’aspect très concret de cette menace et du caractère vital de la lutte contre les discours islamiques prônant la haine et la subversion. 

Méthode de décompte [2]
Seuls sont retenus dans ce décompte les attentats relatés par les médias : aucune informations non-vérifiées ou les rumeurs n’est comptabilisée.
Ne sont retenus que les actes ayant entrainés des pertes humaines et dont on peut raisonnablement déduire qu’ils auraient été commis au nom de l’islam.
Le décompte porte sur le nombre d’attentats meurtriers et non sur le nombre de leurs victimes, obligatoirement bien plus élevé. Par exemple, le 11 septembre 2001, seuls trois attentats sont comptabilisés sur territoire américan: New-York (attentat contre le WTC), Washington (attentat contre le Pentagone) et Shanksville (avion détourné s’étant écrasé dans la campagne). [3]
Sont aussi exclus du décompte les actes commis dans le cadre de conflits armés, exceptés dans les cas où ils ne relèvent clairement pas de manœuvres militaires vu leur caractère particulièrement odieux et haineux. Par exemple, s’il s’agit d’attentats-suicides ou d’attaques contre les militaires chargés de porter secours aux civils.
Outre les actes de terrorisme traditionnellement reconnus comme tels, le décompte inclut aussi les actes relevant du crime d’honneur. Ceci s’explique par le fait que les crimes d’honneur frappent et terrorisent avant tout les femmes qui ne se conforment pas aux principes islamiques. Ces actes suivent donc une logique de terrorisme islamique.

Le 20’000 ème acte recensé 
Le 20’000 ème acte recensé [4] sur le site en cause s’est passé dans la localité d’Isfahan en Iran et concerne Tuba N, une femme juive de 57 ans.
Les voisins musulmans de la malheureuse avaient tenté de déporter sa famille et de lui confisquer sa propriété adjacente à la mosquée.
Profitant de l’absence du mari de Tuba N, les islamistes se sont introduits de force dans la maison, ont ligoté ses deux sœurs vivant avec elle avant de poignarder leur victime.
Les sœurs en ont informé leur famille aux Etats-Unis. Selon le Times, les autorités iraniennes cherchent à étouffer l’affaire de leur côté.

Sources:

  1. http://www.thereligionofpeace.com
  2. http://www.thereligionofpeace.com/Pages/TheList.htm
  3. http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2001-2003.htm
  4. http://www.upi.com/Top_News/World-News/2012/11/29/Muslims-kill-Jewish-woman-in-Iran/UPI-50361354190081
Publié dans Islam | Commentaires fermés

Islam, religion de tolérance ?

Arabie saoudite : le Grand Mufti condamne les appels à des États laïques dans le monde musulman
Parce que le véritable islam ne reconnaît pas la démocratie et la liberté.
C’est ce même Grand Mufti qui a appelé à la destruction de toutes les églises de la Péninsule arabique

Le mufti d’Arabie saoudite a appelé jeudi à se conformer à la charia (loi coranique), critiquant vivement les partisans d’un Etat civil, prôné face à la montée islamiste dans la foulée du Printemps arabe, à l’occasion du pèlerinage musulman de La Mecque.

« La charia doit être pour la nation islamique la source de législation (…). Elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps », a lancé cheikh Abdel Aziz Al-cheikh dans un prêche devant les 2,5 millions de pèlerins réunis sur le Mont Arafat, près de La Mecque, moment fort du hajj.

Il a dénoncé « ceux qui prônent un Etat civil, une minorité qui cherche à asséner un coup à la religion (musulmane) sous des prétextes fallacieux et des slogans erronés ». « Au nom de la liberté, ils prétendent que la religion n’est pas valable, s’opposent à la peine de mort et aux autres peines (prévues en islam comme la lapidation, l’amputation, la flagellation) car elles sont contraires aux droits de l’Homme (…) et prétendent que la nation islamique, si elle applique la charia, se coupe des nations évoluées ». « Ces prétentions désespérées font partie des campagnes menées par les ennemis de l’islam pour transformer la nation islamique, l’éloigner de sa religion et effacer son identité », a-t-il encore affirmé.

Ses propos surviennent alors que des voix s’élèvent dans le monde arabe pour défendre un Etat civil après l’accession au pouvoir de mouvements islamistes dans des pays dont les dirigeants ont été renversés par le Printemps arabe, comme la Tunisie et l’Egypte.

Source : RTL, 25 octobre 2012, http://www.postedeveille.ca/2012/10/arabie-saoudite-le-grand-mufti-condamne-les-appels-a-des-etats-civils-dans-le-monde-musulman.html

Lire aussi :
Tunisie : « La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation »

Publié dans Islam | Commentaires fermés

Victoire du MOSCI devant le Tribunal fédéral

C’est quand même incroyable lorsque l’on parle d’islam comme la peur envahit nos autorités . Ils n’attendent même pas une réaction de nos détracteurs, ils anticipent et se dépêchent de courber l’échine, avant même de passer sous le joug, pour bien montrer leur obédience. Ils vous musellent, point de liberté d’expression quand il s’agit d’islam. On ne doit pas dire du mal d’une religion.

Mais dire la vérité est-ce dire du mal ? Si une voiture présente un défaut, elle tire sur la gauche ou les freins ne sont pas efficaces, doit-on se taire pour ne pas blesser (vexer) le garagiste ? Pourquoi alors n’édulcorons pas tous nos mots pour ne pas froisser les autres. Devrions-nous parler d’un « justicier » pour un assassin ou d’une « personne affectueuse avec les enfants » pour un pédophile ?

Quand on fait l’apologie d’un bouquin qui prône d’un bout à l’autre la haine, la violence, la torture, la discrimination sexuelle et autres barbaries, il ne faut pas s’attendre à recevoir des lauriers.

En tous cas les Autorités fribourgeoises, vis-à-vis au Mouvement suisse contre l’islamisation (MOSCI), ont imité les tapis d’Orient pour plaire aux musulmans qui n’avaient encore rien demandé.

Voici le communiqué de presse du MOSCI:

Par son arrêt du 7 mai dernier (Arrêt de la Ière Cour de droit public du Tribunal fédéral, Ref. 1c_9/2012), le Tribunal fédéral a donné raison au MOSCI dans le cadre de son litige l’opposant à la ville de Fribourg qui lui avait refusé une autorisation de tenir un stand sur la place publique en invoquant le concept de diffamation des religions créé par l’Organisation de la Conférence islamique et visant à censurer toute critique de l’islam. 

Rappel des faits 

Tout commence par une demande d’autorisation de tenir un modique stand de 3 mètres sur 3 aux autorités de la Ville de Fribourg, refusée tout bonnement d’une manière arbitraire et faisant usage de notions totalement étrangères au droit suisse.

La décision de la Ville de Fribourg avait été prise sans aucun regard sur la documentation que le MOSCI comptait offrir sur son stand. Concrètement, cette documentation, suite à une dénonciation pénale, avait été examinée par le Juge d’instruction du Canton de Vaud qui avait conclu, dans son ordonnance de non-lieu, qu’elle n’enfreignait d’aucune manière le Code pénal suisse, en particulier la norme antiracisme.

La Ville de Fribourg se basait uniquement :

  1. sur les objectifs du MOSCI ;
  2. sur le fait que les responsables d’un stand analogue tenu à Lausanne avaient fait l’objet d’injures, menaces et lancers d’œufs de la part d’un islamiste qui avait été frustré d’avoir lu des informations sur le statut de la femme en droit musulman.

Face à cette légitimation implicite de la violence islamiste, cette mise en question du droit de critiquer la charia et l’islamisation et du droit même du MOSCI à exister, ce dernier ne pouvait pas rester passif.

Le MOSCI ne pouvait pas d’avantage se contenter de la décision du Tribunal cantonal fribourgeois qui confirmait la licité de la décision de la Ville de Fribourg et soutenait implicitement son raisonnement. L’association a, par conséquent, décidé de recourir devant le Tribunal fédéral se disant prêt à aller jusqu’à Strasbourg pour défendre ses droits et ceux de chacun à être informés sur la menace que représente la charia et le Jihad.

L’arrêt du TF

Le TF a jugé que les arguments avancés par la Ville de Fribourg et soutenus par la Préfecture manquaient de sérieux et qu’ils ne reposaient sur rien de suffisamment concret. Plus précisément, l’intérêt public que l’autorité prétendait poursuivre en censurant le MOSCI n’était même pas établi et, quand bien même l’eusse-t-il été que la mesure consistant à refuser au MOSCI une telle autorisation aurait été clairement excessive, rappelant qu’il incombe d’abord aux autorités de prendre des mesures afin de garantir l’ordre public et de garantir l’exercice pacifique de la liberté d’expression.

Un rejet de la notion de « diffamation des religions »

La Ville de Fribourg mentionnait explicitement dans sa décision que sa décision de censure se basait sur la notion de « diffamation des religions ». Les instances suivantes reprenaient implicitement la logique prônée par ce concept sans le nommer directement.

Le TF a pris sa décision en connaissant qu’un rejet du recours du MOSCI aurait équivalu à la reconnaissance de l’applicabilité de  l’interdiction de la « diffamation des religions »en droit suisse.

Par cet arrêt, il reconnait que ce concept ne s’applique pas en droit suisse et qu’il ne suffit pas d’accuser quelqu’un d’ « islamophobie » ou de « diffamation des religions »pour le censurer.

Publié dans Islam, Politique | Laisser un commentaire

Les appels au crime et à la violence resteront impunis en Suisse

Torturer, tuer, violenter les enfants, financer le terrorisme et inciter à la haine raciale, notamment à l’encontre des juifs et chrétiens. C’est ce à quoi incite un texte en arabe publié sur le site du Centre islamique de Lausanne (CIL) prônant la supériorité de la charia, dont sont issues ces injonctions, sur le droit suisse. Un discours qui se retrouve dans les prêches de son imam, Mouwaffak al-Rifai, allant jusqu’à enjoindre à commettre des attentats aux personnes fraîchement converties.

Malgré la dénonciation du MOSCI, le procureur Sébastien Fetter du Ministère public central a rendu une ordonnance de classement qui devrait déboucher sur un acquittement. Selon ce dernier, les éléments constitutifs objectifs de l’infraction n’étaient pas réunis et le risque engendré par les appels de l’imam à violer la loi par « devoir religieux », n’entrent pas en considération dans son examen, vu l’état du Code pénal.

Un verdict démontrant un malaise

D’un côté, le fait de diffuser un message enjoignant aux croyants la commission d’actes réprimés par le Code pénal par « devoir religieux » est susceptible de créer les conditions d’un passage à l’acte et fait, par conséquent, naître un risque d’autant plus grand que les incitations visent des actes d’une extrême gravité, à savoir le meurtre, la torture et les actes terroristes dans une optique devant déboucher sur le renversement de l’ordre constitutionnel.
D’un autre côté, le Code pénal se démontre insuffisant à lutter contre ce type de risque, par ailleurs nouveau.

Le Code pénal doit s’adapter

Il conviendrait d’exiger des responsables religieux, lorsque leurs prêches seraient susceptibles de générer de tels risques, de prendre les précautions adéquates à prévenir ces risques, c’est-à-dire à les responsabiliser vis-à-vis de la société dans laquelle ils vivent.

Si le Code pénal permettait de réprimer le fait de générer de tels risques par manque de précaution, le CIL et son imam auraient été condamnés et auraient dû cesser ce type d’activités. Faute de telle dispositions, ils restent impunis et pourront continuer à agir en toute impunité.

Pour le MOSCI, il est donc impératif d’adapter le Code pénal pour qu’il puisse répondre à cette nouvelle problématique en rendant ce type de comportement répréhensible en appliquant le principe de précaution à l’extrémisme religieux.

Pour plus d’informations :
Publié dans Islam | Laisser un commentaire

Violée : il la tue pour “laver l’honneur”

La culture islamique place “l’honneur” de la famille entre les cuisses des jeunes filles.
La “pudeur” et la virginité de ces dernières sont les joyaux du clan familial qui doit y veiller. La réputation du clan, son honneur, en dépendent directement. La conséquence de ces représentations mentales d’un autre âge, ce sont ces agissements barbares, ces crimes dits d’honneur qui repoussent si souvent les limites de l’horreur, que ce soit là-bas, en terre d’islam, ou désormais ici en Europe, “enrichissement” culturel oblige.
Un Jordanien a été accusé de meurtre avec préméditation pour avoir tué sa nièce qui avait été victime d’un viol, dans le but de laver l’honneur de la famille, a affirmé la police. “L’homme a été arrêté après avoir tué de huit balles, sa nièce âgée de 16 ans“, dans un quartier populaire à l’est de la capitale Amman, a précisé à l’AFP une source policière.
Le suspect a confessé le crime en affirmant avoir voulu laver l’honneur de la famille après que sa nièce eut été violée l’an dernier et avoir mis au monde un enfant, il y a deux mois“, a précisé la source. La famille de la victime avait gardé l’enfant, un garçon.

Les meurtriers encourent la peine de mort en Jordanie mais les tribunaux font souvent preuve de clémence pour les criminels quand “l’honneur” de la famille est en jeu. Le Parlement a refusé par deux fois de réformer le code pénal pour aggraver les peines encourues par les auteurs de “crime d’honneur”. En Jordanie, entre 15 et 20 femmes sont tuées chaque année par des meurtriers qui veulent “laver l’honneur de la famille“.

Source : Le Figaro ; http://www.bivouac-id.com/2010/10/28/viol-il-la-tue-pour-laver-lhonneur/

Publié dans Islam | Laisser un commentaire

Tolérance islamique en Algérie : condamnés pour avoir bu un verre d’eau ?

Bienvenue au Moyen-Âge.

Deux ouvriers du bâtiment travaillant sous un soleil ardent ont été arrêtés pour avoir bu de l’eau. La raison : la non-observation du jeûne islamique, le ramadan. Leur procès a été reporté : la population locale se serait rebiffée devant cette injustice islamique, organisant un sit-in devant le tribunal.

Prévu aujourd’hui, le procès des deux personnes arrêtées, vendredi 13 août, par la police à Ain El Hammam, à 40 kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, pour non-observation du jeûne a été reporté au 21 septembres 2010, a appris TSA de source locale. Le procès devait avoir lieu mercredi à 10 heures mais le juge a décidé de le reporter. Selon notre source, ce report pourrait être lié à la mobilisation de la population locale. Cette dernière a décidé d’observer un sit-in devant le tribunal à l’heure du procès.

Les deux mis en cause, Hocine Hocini, 47 ans, et Salem Fellak, 34 ans, exercent comme ouvriers dans un chantier de bâtiment dans la ville d’Ain El Hammam. Ils ont été surpris en train de boire de l’eau par des policiers qui ont immédiatement procédé à leur arrestation. Après leur audition, ils ont été déférés au parquet. Cette affaire a indigné une partie de la population de Ain El Hammam qui a appelé à un sit-in devant le tribunal en guise de soutien à ces deux ouvriers de bâtiment.

Source : http://www.bivouac-id.com/2010/08/19/tolerance-islamique-en-algerie-condamnes-pour-avoir-bu-un-verre-deau/

Publié dans Islam | Laisser un commentaire